Maître Aracelli CERDA détient le certificat de spécialisation en droit immobilier.

Le certificat de spécialisation en droit immobilier constitue une réelle valeur ajoutée pour la clientèle.

Le certificat de spécialisation est accordé par le Conseil National des Barreaux sous réserve d’une expérience professionnelle d’au moins quatre ans et de satisfaire à un entretien de validation des compétences comprenant une mise en situation professionnelle devant un jury.

Le nombre d’avocats spécialistes en droit immobilier en France

Au 1er janvier 2019 :

  • 68 464 avocats sont recensés sur l’ensemble du territoire national,
  • Parmi eux, 8 487 avocats sont titulaires de l’une des 26 mentions de spécialisation qui attestent des compétences spécifiques de l’avocat et constituent une réelle valeur ajoutée vis-à-vis de sa clientèle,
  • Parmi ces 8 487 avocats, 702 avocats en France sont titulaires du certificat de spécialisation en droit immobilier. Ces 702 avocats spécialistes en droit immobilier représentent donc 1% de l’ensemble des avocats,
  • Parmi ces 702 avocats, 173 avocats sont inscrits dans le ressort de la Cour d’appel de Paris, parmi lesquels Maître Aracelli CERDA.

(source : Ministère de la justice, Direction des affaires civiles et du sceau, Pôle d’évaluation de la justice civile, Statistique sur la profession d’avocat, situation au 1er janvier 2019, et son annexe : Tableau A8)

Les conditions pour détenir le certificat de spécialisation en droit immobilier

Le certificat de spécialisation n’est pas définitif.

Le spécialiste doit justifier qu’il se forme en permanence.

Le droit de faire usage de la mention de spécialisation obtenue est conditionné au respect de l’obligation de formation continue de l’avocat spécialiste.

En cas de non-respect de ses obligations de formation continue, l’avocat peut se voir interdire l’usage de sa ou ses mentions de spécialisation après mise en demeure de son bâtonnier et décision du conseil de l’Ordre.

Maître Aracelli CERDA, titulaire du certificat de spécialisation en droit immobilier,

  • publie dans les revues,
  • suit plusieurs formations chaque année, et
  • enseigne le droit des baux commerciaux à l’Ecole Supérieure de l’Immobilier de Paris et à l’Université Paul Cézanne, Aix-Marseille III pour les étudiants du Master 2 Finalité Recherche – Droit immobilier privé et public.

Enfin, il est rappelé que seul un avocat titulaire du certificat de spécialisation peut faire état de sa spécialisation, régulièrement obtenue et non invalidée, notamment dans les annuaires de la profession ou dans tous documents destinés à la correspondance.

Le droit de faire usage de la spécialisation est réglementé

    Selon l’article 10.2 du règlement intérieur national (RIN) des avocats :

    (…) Seul l’avocat titulaire d’un ou de plusieurs certificats de spécialisation, ainsi que de sa ou ses qualifications spécifiques, régulièrement obtenus et non invalidés peut utiliser pour sa communication, quel qu’en soit le support, les mots « spécialiste », « spécialisé », « spécialité » ou « spécialisation » et le signe distinctif instauré par le Conseil national des barreaux pour symboliser la qualité d’avocat spécialiste. (…)

    En conséquence, il est rappelé que seul un avocat titulaire du certificat de spécialisation peut faire état de sa spécialisation, régulièrement obtenue et non invalidée, notamment dans les annuaires de la profession ou dans tous documents destinés à la correspondance.

    Comment vérifier si un avocat est “spécialiste” ?

    Pour vérifier que Maître Aracelli Cerda, avocat au barreau de Paris, détient le certificat de spécialisation en droit immobilier, il faut :

    1°) aller sur sur la page de l’annuaire de l’ordre des avocats du barreau de Paris (cliquez ici)

    2°) renseigner dans le champ “Nom“, le nom “Cerda”

    Puis cliquez sur “Lancer la recherche

    3°) la fiche de Maître Aracelli Cerda, apparaît alors.

    Cliquez sur “+ d’info

    4°) Vous constaterez alors à la ligne “Spécialité (s)” la mention “DROIT IMMOBILIER” :

    En l’absence de cette mention, un avocat n’est pas titulaire du certificat de spécialiste et n’a pas le droit d’écrire qu’il serait “spécialiste” (cf. article 10.2 RIN. précité).